Accueil Actualités TRAVAUX : naissance d’une chimère sur notre église. Ou comment passer d’un bloc de pierre à une sculpture
Actualités

TRAVAUX : naissance d’une chimère sur notre église. Ou comment passer d’un bloc de pierre à une sculpture

2 août 2021
Retour
Partager cette page
https://www.villers-sur-mer.fr/wp-content/uploads/2021/08/eglise-1-960x615.jpg
Rechercher Rechercher Vos questions Questions Démarches administratives Administratif

Avec un texte et des photos de Daniel SIMON

Quasiment au sommet de Notre-Dame de l’Etoile, plus connue sous le nom d’Eglise Saint-Martin, à Villers-sur-Mer, de son cocon de pierre, elle a pris forme au gré du sculpteur qui, pièce après pièce, tel un puzzle, s’est mise à vivre aux côtés de ses 19 autres comparses tout guillerets d’apprendre que 150 ans (à un an près) après la pose de la première pierre de l’édifice qui les a vu naître, un nouveau membre de leur famille allait les rejoindre après l’immense perte de leur congénère détruit par les affres du temps. L’accouchement a été long et difficile, mais le résultat est bel et bien là !

TOUT FRAIS MOULU, MAIS DEJA BARDE DE REFERENCES…

Du haut de ses 24 ans (c’est son anniversaire ce mardi 3 août !), Jordan BUSNEL, tout frais moulu dans son métier de tailleur de pierre, mais déjà bardé de références exceptionnelles, puisqu’ayant déjà intervenu aux Châteaux de Versailles et de Saint-Germain-en-Laye, est l’artiste de circonstance, à la fois « obstétricien maïeuticien » et créateur concepteur d’œuvre unique vouée à affronter le temps qui passe, pendant un, voire deux siècles !

Au fur et à mesure des heures qui s’égrènent, ce jeune compagnon travaille sans relâche pour aboutir au beau, même si rien n’est gagné d’avance et qu’à la fin d’une journée de création, l’inspiration peut lui manquer légitimement…

La pierre est sa page de dessin et tour à tour, il compose son œuvre, morceau par morceau, sachant qu’il ne dispose pas pour autant de gomme pour effacer ce qu’il vient de modeler. La seule différence entre la feuille de papier et le bloc de pierre, c’est qu’il n’a pas le droit à l’erreur et ne peut pas revenir en arrière. Une fois travaillée, la pierre ne peut plus être rectifiée. Initialement dure, plus elle perd de son volume, plus elle devient tendre, risquant alors de se briser…

UNE PAGE DE DESSIN PLUS FACILE A GOMMER QUE LE TABLEAU DE PIERRE A SCULPTER…

La difficulté est de bien respecter l’alignement des autres chimères en place et la symétrie de leur disposition mutuelle. N’oublions pas, qu’en aucun cas, le compagnon ne peut déroger aux normes que le lieu impose de lui-même, de par son caractère architectural, classé au titre des Monuments historiques. Comme il le souligne avec le sourire, « on ne travaille pas pour le présent, mais pour nos successeurs et les générations à venir qui viendront après nous, pour perpétuer l’ouvrage, et qui auront pour mission de restaurer à l’identique un patrimoine classé aux Monuments historiques ».

Insatisfait par nature, car perfectionniste à souhait, l’artiste œuvre ainsi dans toute sa splendeur ! Il est le seul à être convaincu que sa réalisation n’est pas parfaite ! Mais lui seul le croit. Pour l’avoir vu mesurer, calculer, faire en sorte que sa chimère soit dans le même rang que celles existant sur le site. Preuve aussi que la page de dessin est plus facile à gommer que le tableau de pierre à sculpter !

Quand on pense qu’il y a tout juste 4 mois, Jordan était encore en apprentissage… Bravo l’artiste, pour cette superbe réalisation et surtout cette belle prouesse, née sans aucun croquis, ni la moindre esquisse ! De l’esprit de Jordan est née une nouvelle étoile, la star de Villers-sur-Mer.

Daniel SIMON

Partager cette page
Cela pourrait vous intéresser
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content